Désolé d'avoir choisi un titre pompeux mais je n'ai trouvé aucun équivalent simplifié, l'inspiration me faisant défaut. La prépa obligeant, je n'ai à ce jour pas de connection internet la semaine, ce qui explique d'ailleurs la rareté des billets sur ce blog. Néanmoins, je dispose à l'internat de mon ordinateur portable que j'ai été obligé d'optimiser pour un travail principalement offline. Jusqu'à présent, j'étais quasiment quotidiennement relié au net et à l'information, d'où l'idée de réaménagement du poste de travail.

Premièrement, les principales applications dont je me servais chaque jour auparavant étaient mon agrégateur de flux RSS ainsi que mon webmail. J'ai été obligé de mettre en place une nouvelle solution pour gérer chacun de ces deux types de données :

  • Premièrement, j'ai abandonné Google Reader (que je trouve malgré tout plus ergonomique que Netvibes pour une quantité importante de flux) au profit du logiciel Liferea afin de disposer de mes flux hors ligne. Il existe une solution ditribuée par Google et actuellement en beta afin de disposer de Google reader offline, j'ai nommé Google Gear, mais je ne sais pour quelle raison, elle n'est pas opérationnelle sur ma distribution Linux.
  • En ce qui concerne les mails, je suis passé pour la première fois à Thunderbird, après avoir utilisé pendant plusieurs années Evolution et avoir switché depuis quelques mois sur le webmail de Gmail. L'avantage étant de pouvoir lireet écrire ses mails en différé, indépendamment de la disponibilité d'une connexion internet.

Malheureusement, à chacune de ces méthodes son inconvénient :

  • Liferea ne me permet pas de lire les vidéos, les images, ni les flux tronqués, ce qui représente une bonne partie de mes sources d'information. Je ne peux donc ainsi me baser que sur le titre pour sélectionner quelques flux que je prendrai le temps de lire pendant le week-end.
  • Les mails contenant des URLs passent à la trappe s'ils ne sont pas lus le week end pour quelque raison que ce soit. Les réponses n'ont pas intérêt à être urgentes, le délai moyen de réponse étant d'une semaine. Les images dans les mails HTML ne sont pas chargées si elles ne sont pas jointes au message. J'en passe et des meilleures.

Pour combler à ces quelques problèmes, j'utilise en complément mon smartphone, un SPV C600, pour lire mes mails la semaine et répondre aux plus urgents ainsi que pour twitter un minimum de temps à autre histoire de ne pas être non plus coupé du monde. Malgré tout, on peut s'apercevoir qu'il existe encore un frein d'utilisation des données mises en ligne dans certaines conditions.

En effet, les flux tronqués réduisent à néan l'utilité d'un agrégateur (donc s'il vous plait, publiez vos billets en entier sur votre flux RSS !) au même titre que les images et que les vidéos. Pour ce problème, il serait je pense aisé de concevoir un agrégateur qui, en passant en mode déconnecté, permettrait le téléchargement et le stockage temporaire des fichiers insérés dans les différentes entrées.

Pour les mails, un système équivalent peut-être envisageable même si je ne vois pas ici de solution réelle à la majorité des autres inconvénients apportés par ce genre de données. Le mieux restant à mon avis la mise en place de forfaits data adaptés aux connections GPRS ou 3G fréquentes via un terminal mobile ou un ordinateur portable. Cela, n'est actuellement pas disponible au grand public puisque trop onnéreux. On risque, je pense, de voir arriver des offres plus intéresantes à ce niveau dans le but d'exploiter entièrement le potentiel des nouveaux terminaux mobiles.

D'un autre côté, les solutions de syncronisation des données disponibles sur le Web et la mise à disposition de certaines applications indépendamment de la disponinilité d'une connexion Internet ne sont pas encore au point. Malgré certaines initiatives (Google Gears ou la fonctionnalité prochainement intégrée à Firefox 3), il reste encore beaucoup de chemin avant d'espérer attirer les postes des businessmen (généralement grands voyageurs) vers l'utilisation de solutions alternatives aux solutions logicielles.

PS : Ce billet a été publié via la fonction de programmation de la publication de Dotclear 2