Oui, vous avez bien lu. Et je pense que vous serez d'accord avec ce titre si vous avez un tant soit peu tenté de naviguer sur le Web avec un périphérique mobile (téléphone, pda ou même console de poche). L'expérience utilisateur est bien souvent horrible, et à ce jour, il n'est aucun service qui soit réellement facilement accessible et utilisable via le Web mobile. Pourquoi cela ? Tentons ensemble de décrypter le phénomène mobile, ses caractéristiques, ses erreurs et ses possibles évolutions...

Utilisation nomade du Web mobile

Périphériques mobiles et particularismes

Un périphérique mobile n'est pas un ordinateur, loin de là. Il comporte des particularités que les développeurs d'applications en ligne doivent prendre en compte. Posons le décors :

  • Taille réduite et variable de l'écran (qui empêche l'affichage d'éléments disproportionnés)
  • Forfaits Data limités (obligeant à réduire le poids des fichiers à son minimum pour éviter de faire en sorte d'épuiser le quota de données transférées du visiteur en un chargement de page)
  • Dispositifs d'entrée de données variés (claviers physiques ou virtuelles, touches numériques à multiples pressions (type téléphone mobile classique), etc : toutes les configurations sont à envisager)
  • Absence d'alternatives logicielles faciles à installer (il reste difficile d'installer voir impossible un logiciel annexe sur des plateformes mobiles propriétaires)
  • Gestion simplifiée ou inexistante des éléments multimédia (Flash, vidéos embarquées, fichiers audio liés...)

Ces particularismes sont (entres autres) les principaux points à prendre en considération lors de la conception d'une application Web mobile. Malheureusement, il est rare de voir que chacun de ces points est méticuleusement analysé et solutionné.

Le Web mobile pensé (à tort) comme le Web 0.1

Le Web mobile a très peu d'ancienneté et cela saute aux yeux en observant ce qu'est un site Web "optimisé pour un usage mobile" de nos jours : une simple liste de liens au design horripilant. Des liens bleus sur fond blanc, le Web dans son plus simple appareil d'outil d'exploitation du protocole hypertexte. Cela ne vous rappelle rien ? Mais si, souvenez vous... revenez dix ans en arrière. Vous voyez ces pages blanches, ces listes de liens d'un bleu si populaire, le modem 56k qui grince pour se connecté tandis que votre ligne téléphonique sera mise KO pendant quelques heures...

Oui, le Web mobile est une régression du Web populaire, une sorte de retour en arrière qui permet de s'affranchir de nombre de caractéristiques communes aux prémices de la Toile et de son homologue mobile, à savoir les débits limités, les quotas de poids de données échangées, etc. Pour répondre à des problématiques connues, autant utiliser des techniques elles aussi bien connues. Seulement, les mobiles, bien qu'ayant ces caractéristiques communes avec la préhistoire de l'Internet, en ont bien d'autres qui ont malheureusement été plus ou moins négligées par les créateurs de services.

Ainsi, peu de téléphones mobiles peuvent à se jour se targuer d'avoir une résolution VGA comme cela a pû être le cas à l'époque de la genèse du Web dans le cas des ordinateurs. Aucune comparaison n'est également possible en ce qui concerne les tailles d'écran et les dispositifs d'entrée des données. Essayez de lire un texte entier sur un écran minuscule de téléphone, de compléter les champs de formulaires de cinq sites web d'affilée ou encore de poster un commentaires en le composant sur un clavier classique de périphérique mobile à 12 touches : cela peut vite se révéler être un formidable calvaire pour l'utilisateur.

Le Web mobile est pensé comme le Web à ses débuts par analogie de certaines problématiques rencontrées, ce qui est une grossière erreur puisque l'expérience utilisateur pour une utilisation nomade est totalement différente d'une expérience "sédentaire" (c'est à dire devant son bureau, son clavier, sa souris et son écran 17 pouces). Confondre les deux serait une grossière erreur pourtant très (trop) répandue.

De l'adaptation à l'innovation

L'adaptation du Web classique pour les périphériques mobiles ne sera jamais un bon choix puisque cela ne permettra pas de s'affranchir de contraintes nécessaires à sa mise en place et impossibles à satisfaire dans un environnement nomade. Le résultat issu d'une telle adaptation ne pourra jamais satisfaire pleinement aux besoin des consommateurs. Si aucune solution n'existe alors, il faudra en réinventer une, d'un nouveau genre, satisfaisant aux besoins nouveaux d'une population en pleine évolution et à l'apparition de nouveaux usages.

L'innovation recherchée n'est pas totale puisque la technologie de transfert et de traitement des données existe déjà et est relativement satisfaisante pour que l'on puisse s'en contenter. Par contre, la mise en place d'une nouvelle expérience utilisateur est primordiale, dans le but de populariser l'usage du Web mobile comme cela a pu être le cas pour le Web "sédentaire". Pour cela, il faut s'affranchir des contraintes actuelles qui sont :

  • La base logicielle : un navigateur calqué sur un mode de fonctionnement typique à l'ordinateur n'a plus sa place en tant que tel dans un environnement mobile;
  • La mise en page : en dépit du poids des éléments graphique, l'utilisation des CSS permettrait d'oublier totalement ou du moins partiellement la mise en page austère actuelle des sites destinés à une cible mobile qui nous fait nous remémorer des temps lointains et moyenâgeux;
  • Les formulaires : relativement pratiques lorsque l'on possède un clavier azerty, ils deviennent rapidement un calvaire lors de l'utilisation de toute autre forme de dispositif d'entrée;
  • Le scroll : épreuvé pénible bien que de mieux en mieux gérée par les dispositifs à écran tactile;
  • La disposition de l'information : le format texte est peu adapté aux petits écran, reste à jouer un maximum sur l'information visuelle (icones, images, animations, etc...) pour associer rapidité de l'accès à l'information et confort d'utilisation;
  • Et bien d'autres !

Conclusion

Si l'expérience utilisateur n'est actuellement pas satisfaisante en ce qui concerne le Web mobile, c'est parce qu'il reste encore à inventer. En effet, une pâle copie du Web classique n'apportera que des contraintes supplémentaires dont il est difficile voire impossible de s'affranchir, d'où la nécessité de s'affranchir simplement de cette vision du Web mobile elle même ! Seule l'innovation est capable de nous mener vers un outil qui pourra espérer devenir par la suite populaire et se transformer en marché économique. Seulement, il reste à trouver l'idée, celle là même qui, en alliant pragmatisme, esthétisme et pertinence, saura renverser les moeurs et apporter un nouveau souffle à la navigation nomade. Celui qui réussira à imposer sa vision du Web mobile décrochera le jackpot, je peux vous l'assurer. Créatives, créatifs : à vos calepins ! ;-)