Deeder.fr

Tribulations d'un geek...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

31 octobre 2013

Back to buisiness

Ca y est, le nouveau thème est presque fini et c'est l'occasion de relancer le blog ! Tout a été migré vers le nouveau domaine. Les plâtres ne sont pas encore poncés et ça nécessite encore quelques touches de déco sur les murs mais c'est au moins mis au propre et fonctionnel.

Ce qu'il reste à faire :

  • Le site n'est volontairement pas compatible sous les vieux navigateurs afin de profiter des avancées de CSS3. Cependant il reste à minimiser le désagrément en terme de navigabilité sur ces supports
  • Retrouver un backup de ces foutues images qui se sont retrouvées corrompues à l'export...
  • Peaufiner le style (menus, commentaires, listes)
  • Faire le tri dans les anciens billets
  • Mettre à jour le contenu des pages statiques et ajouter un peu d'images pour agrémenter tout ça
  • Faire une CSS mobile pour améliorer l'expérience utilisateur sur ces devices
  • Dormir

En attendant si vous observez des bugs, ou si vous avez des remarques, n'hésitez pas à les partager en commentaire ou via le formulaire de contact.

23 février 2009

Et de trois !

Pour le coup, je suis un peu à la bourre, c'est le moins que l'on puisse dire, mais comme dit le vieil adage : "Vieux motard que j'aimais". Et c'est ainsi que, sans transition, je vous annonce que ce blog aussi désert qu'inutile depuis quelques mois maintenant vient de passer le cap de la troisième année consécutive.

Et oui, il y a de cela trois ans (et 8 jours très exactement, l'insoupçonnable arrêt de connexion dont je fus victime la semaine dernière m'ayant empêché de publier la nouvelle à temps) j'arrêtais de squatter les blogs de mes acolytes pour concentrer ma l'encre de ma plume aussi maladroite puisse-t-elle être sur ces pages.

Beaucoup de sujets ont été abordés, du plus sérieux au plus futile. Les visiteurs arrivèrent petit à petit jusqu'à que ce blog connaisse son heure de gloire, à une échelle bien évidemment très modeste. Aujourd'hui, les choses ont changé : je blogue peu, pour ne pas dire pas. Le rythme frénétique d'un billet par jour est désormais loin, très loin mais j'avoue prendre toujours autant de plaisir à écrire lorsque le temps me le permet.

La vie est en perpétuelle évolution et même s'il y a peu de chance que ce billet soit lu avec attention maintenant que mon lectorat est sur le point d'atteindre des nombres négatifs, j'annonce que je n'ai pas encore dit mon dernier mot. Encore quelques mois de silence et j'espère être libéré de ce fardeau qui me rend muet depuis quelque temps : la prépa. Mais le jeu en vaut la chandelle parait-il.

Qui a dit qu'on était reparti pour un tour ? ;-)

23 août 2008

Je viens de voir ton blog... Il a pris un sacré coup de vieux !

L'idée a surgit hier soir, et c'est finalement Bruno Bichet qui m'aura poussé à bloguer sur la question. Alors qu'un site Web peut rester intemporel s'il s'agit d'un site vitrine par exemple, il peut également être mouvant, au gré de l'actualité ou des découvertes. Généralement, pour les sites classiques, tout cela est bien statué : entre sites d'information et sites informatifs, la différence est claire et se voit du premier coup d'oeil. Cependant, alors que les blogs effectuent bien souvent le mélange des genres, les rides finissent-elles par apparaître un jour où l'autre sur notre média de prédilection ?

Le contenu d'un blog est mixte : informatif et donc parfois intemporel, il vieillit cependant plus vite lorsqu'il traite de l'actualité ou d'un secteur en constante évolution. L'archivage du contenu perd alors de son intérêt puisque l'information trouvée peut alors être totalement dépassée. De même, un point de vue exprimé à une date donnée peut facilement évoluer avec les années et la sagesse prétendument acquise au cours de celles-ci et ne plus refléter les pensées actuelles de l'auteur. Dans ce cas, oui, votre blog vieillit et il peut parfois très mal vieillir. Limiter l'accès aux archives trop anciennes seraient alors une solution.

Oui mais voilà, tout n'est pas si simple ! Parce qu'à priori si le blog est mis en page de manière à mettre en avant le contenu le plus récent, il existe certains articles qui restent pour le moins intemporels : des écrits, des photos, des explications techniques, bref, autant de contenus qui peuvent passer un, deux, cinq ans sans prendre la moindre ride. Et ceux-ci peuvent se à d'autres billet qui ont eux subit les outrages du temps. Vous imaginez déjà plus la saveur de ce cocktail détonnant...

Nous sommes donc en droit de nous demander si la méthode de référencement des données stockées sur le Web par certains moteurs de recherches, Google en tête, qui tend à valoriser le contenu récent, est réellement la bonne. Certes certains contenus anciens ne sont plus pertinents, peut-être d'ailleurs sont-ils une majorité, mais certains le restent et il serait dommage de les reléguer au second plan.

Alors faudrait-il inventer une nouvelle méthode d'archivage du contenu permettant de dissocier plus facilement le contenu périssable de l'immuable ? Faut-il garder notre tambouille intacte et garder le plaisir de découvrir certaines perles lors d'expéditions spéléologiques au fin fond de nos archives ? Ne doit-on conserver que le contenu récent, au risque de se passer d'une quantité non négligeable de sources d'information bien utiles ? La question reste entière : à toi, lecteur d'en débattre. Si la première solution reste à mes yeux la meilleure, tout ceci reste encore à inventer, alors avis aux amateurs ! ;-)

11 avril 2008

Le blogging à travers les âges...

Une image vaut parfois mieux qu'un long discours :

L'évolution des blogs en BD

En ce qui me concerne, même si les deux première vignettes collent assez bien à l'évolution de ma manière de bloguer en 2006 puis 2007, la troisième la reflète un peu moins bien. En effet, non que je ne sois pas sur Twitter et que je n'y sois pas actif (quoi que je reste raisonnable avec un peu moins de 900 twitts en un an), mais le manque de temps et l'absence de connexion au quotidien m'ont amené à me concentrer sur l'essentiel et à axer mes billets autour d'une réflexion personnelle.

Je peux être ennuyant, parfois blagueur ou rageur, voire pourquoi pas intéressant (qui sait ?) et ce en fonction des divagations de mon esprit. La plupart des réflexions énoncées ici auraient été perdues si je ne les avais par bloguées. Certaines n'auraient peut-être même pas existé puisque lorsque je commence un billet, je ne sais jamais à l'avance comment ce dernier va se conclure. Ma réflexion se construit au fur et à mesure de la rédaction de ce dernier.

En fait, mon blog est un calepin à ciel ouvert qui m'oblige à argumenter et à expliciter mes pensées de la manière la plus claire possible. Le plus intéressant reste toute fois le fait d'amener les lecteurs à réfléchir à leur tour par eux même à une problématique quelconque. Je n'ai pas la prétention d'y arriver, mais le plus beau des encouragements est de voir la qualité des commentaires postés à la suite de certains articles.

A l'heure où il devient à la mode de se demander ce que deviendra le blog d'ici quelques années, où la prémonition de la mort du blogging est quasi quotidienne au sein de nos agrégateurs RSS, je n'ai pour ma part jamais été aussi confiant en l'avenir des blogs. Je vous le dis, c'est pas demain la veille que cette "mode" s'étouffera et ce n'est pas non plus demain que je me tairais. Tant que mon cerveau marchera plus ou moins correctement comme c'est le cas actuellement, j'aurais des choses à dire et je ne me gênerai pas de le faire.

Image dénichée chez François.

15 février 2008

730, pas un de plus ni un de moins...

Oui, 730, ou plus précisément 730.50 si l'on considère que la Terre fait le tour du soleil en 365.25 jours. C'est le nombre de jours qu'a vu défiler ce blog depuis sa création. A l'époque, un jeune con de 16 ans (ça, c'est moi) a décidé d'ouvrir sa grande bouche après avoir observé les tribulations d'une blogosphère en pleine effervescence pendant quelques mois, où l'énergie et les nouvelles idées fusaient de partout. C'était ni plus ni moins qu'un test, comme ça, "juste pour voir". Un test qui aura au final duré un peu plus longtemps que prévu...

Gateau d'anniversaire

Commençant au départ avec une fréquence de publication aléatoire et une fréquentation proche du néan, suivie d'une période un peu plus agitée où la publication devint quotidienne pendant quelques mois, le bac puis la prépa, et enfin les rencontres, beaucoup d'échanges, trop pour que je puisse tous les lister ici. Je ne savais pas au départ si j'allais pouvoir continuer à maintenir ce blog à jour cette année, mais je crois désormais pouvoir répondre par l'affirmative, même si ce n'est pas toujours évident de trouver de l'inspiration, surtout quand on a pour toute envie celle de pauser ses bagages le temps d'un dimanche. Mais au final, je continue de bloguer parce que j'aime ça tout simplement. Ca doit être mon côté masochiste qui revient à la surface.

Avec un peu de recul, il reste une chose qui me gène encore aujourd'hui dans le blogging : l'emploi de la première personne. A chaque fois que j'utilise le "je" dans ces pages, j'ai non seulement l'impression de dévoiler une partie de moi mais également de décrédibiliser l'information que je produis puisque ce "je" n'est pas un spécialiste, un professionnel, ce n'est que moi, simple édudiant qui n'a pour tout qualificatif que celui de "passionné" et qui n'a finalement que peu de crédit pour s'exprimer et donner un avis sur certains sujets. Lorsqu'il s'agit de raconter des bêtises comme je sais très bien le faire, cela ne pose aucun problème, mais lorsque je tente d'aborder des sujets plus sérieux, c'est plus difficile. Comment m'inventer une crédibilité que l'on ne me donnerait pas d'emblée ?

Enfin, si l'on fait le bilan à l'heure actuelle, LiberT ce sont d'abord près de 400 billets en tous genres, des plus sérieux aux plus loufoques, mais également plus d'un millier de commentaires qui sont les vôtres et plusieurs centaines de visiteurs par jour. Il ne faut pas oublier que c'est grâce à vous si, chaque fois que l'envie de faire une pause me vient je continue tout de même, ou si chaque jour que j'ai de libre, je passe un peu de temps à publier un billet. Parce qu'au final, un blog sans visiteurs ni commentateurs n'est pas vraiment un blog et que je tiens à vous remercier, vous qui commentez ou me maillez, mais également vous qui lisez ce blog d'un étudiant un peu mégalo.

Trêve de niaiseries ! C'est qu'à force de faire des bilans, des rétrospectives et des remerciements tout ce qu'il y a de plus classique, j'en deviendrais presque chiant. Il est temps de changer de ton, de revenir au disruptif, au novateur et à l'inattendu et c'est pourquoi, malgré tout le respect que je vous dois mes chers lecteurs (et chères lectrices), je me permets de vous envoyer littéralement paître en enfer. C'est pas que je m'ennuies avec vous, mais c'est que j'ai un blog à tenir à jour pendant encore quelques années moi. La folie m'attend. Alors bon vent, et à la revoyure... ou pas !

Ha, j'allais oublier : "Champagne Maestro !" ;-)

- page 1 de 4