Deeder.fr

Tribulations d'un geek...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

28 août 2007

LiberT : le blog ! s'éteint définitivement... ou pas.

Comme vous le savez peut-être, ou peut-être pas, je suis toujours étudiant. Tout juste bachelier depuis deux mois, je vais attaquer les études supérieures par une CPGE MPSI. En gros, cet acronyme barbare signifie "Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles spécialités Mathématiques, Physique et Sciences de l'Ingénieur", ce qu'on appelle plus communément Prépa Maths-Physique ou au choix Maths Sup. Ces deux années de travail intensif vont me préparer aux concours d'entrée en école d'ingénieur.

Plus le classement d'un élève est bon, plus il a de chance de réussir les concours d'écoles renommées (et aux débouchés d'autant plus nombreux), c'est pour quoi le travail est primordial. D'autre part, ces deux années sont réputées pour être assez denses, avec des charges de travail conséquentes. Beaucoup décrochent à la fin du premier trimestre, d'autres à la fin de la première année qui n'est de toute façon pas redoublable. Ainsi, même si je serais encore loin d'être un ermite, il me faudra tout de même fournir un travail conséquent et régulier, ce qui sera irrémédiablement chronophage.

De plus, étant accepté en internat pour cette première année, je n'aurai pas de connexion internet à ma disposition la semaine, sauf cas exceptionnels (ce qui ne sera en soi peut-être pas un mal). Ce blog deviendra donc par la force des choses très irrégulier dans ses publications. Si j'ai le temps la semaine, il me sera possible de préparer des articles, mon ordinateur portable me suivant jusque dans ma chambre. Le weekend sera également propice à la mise en ligne de billets, mais là encore je serai tributaire du temps tiraillé entre le blogging, la prépa et mes activités offline.

Quoi qu'il en soit, j'essayerai dans un premier temps de maintenir ce blog en ligne et à jour de manière hebdomadaire. Ce sera pourquoi pas l'occasion de parler de mon ressenti à propos de la prépa ou même des choses que j'aurais apprises. Je serai également obligé de recentrer les publications de mon blog sur des billets à forte valeur ajoutée (exit le relai d'information, les sujets d'actualité, etc au profit de billets uniques, la déconnexion obligeant). Je crains malheureusement ne pas avoir le temps de préparer des billets qui seraient programmés pour une publication étalée dans la semaine.

Au final, si vous êtes un lecteur de ce blog, vous risquez de voir "quelques" changements apparaître d'ici peu, la date de rentrée étant pour moi fixée au 3 septembre dans la journée (rentrée à l'internat, reprise des cours le lendemain). En fait, je navigue un peu comme vous dans l'inconnu et je ne sais trop à quoi m'attendre. Même si l'improvisation sera de mise, ce blog s'éveillera au moins de temps à autre pour assouvir ma soif d'écriture. A tout de suite pour de nouvelles aventures ! ;-)

7 août 2007

Charte rédactionnelle : Quantité ou Qualité ?

Bon, passons les formalités chiantes et pompeuses pour passer au vif du sujet : vous, lecteurs, qui lisez ce blog chaque jour (ou presque, je tolère quelques exceptions parfois si les mots d'excuses comportent des raisons valables). Depuis longtemps je me pose une question fondamentale en ce qui concerne la charte rédactionnelle de ce blog que j'essaye d'arranger à ma sauce sans pour autant faire fuir les visiteurs que vous êtes. Cette question, elle est très simple : Doit-on, sur un blog, privilégier la qualité à la quantité et vice versa ?

Il y a des sérial blogueurs bien connus, d'autres qui bloguent peu mais bien, et au milieu il y a moi, qui suis un peu paumé. Jusqu'à présent, j'essayais pour chaque billet de me fixer une longueur minimale pour développer le sujet abordé sans rester trop superficiel, en y ajoutant ma griffe, mes opinions, etc et en essayant d'ouvrir sur autre chose. En général, la majorité de mes billets sont relativement longs, de quatre paragraphes de quatre ou cinq lignes chacun pour les plus courts d'entre eux, et si possible le tout agrémenté d'une illustration.

Malgré tout, tout cela prend du temps (rédaction, illustration, développement d'idées, etc), ce qui ne me permet pas forcément de bloguer à ma guise, étant empêché par des contraintes éditoriales trop chronophages. D'où l'idée de publier des billets plus courts mais plus nombreux/fréquents. En me laissant de la marge, je pourrai alimenter ce blog plus fréquemment qu'avant malgré un emploi du temps parfois chargé. Cela ne m'empêcherait pas non plus de poster régulièrement des billets un peu plus longs que les autres (de la même taille que ceux que je publie actuellement, voire un peu plus longs suivant les circonstances).

Bien entendu, le principal intérêt de ce billet réside dans le fait de savoir pourquoi vous lisez ce blog : principalement pour les thèmes abordés et la manière dont ils sont abordés ou plus pour la longueur des billets et le fait qu'ils soient relativement complets (sans être non plus totalement exhaustifs) ? Cela peut évidemment être pour d'autres raisons encore que je vous laisse le soin de notifier dans les commentaires de ce billet. Bref, qu'est-ce que vous aimez, comment vous lisez ce blog, pourquoi, etc : je veux tout savoir ! Ca me permettra de mieux cibler mon public pour mieux répondre à vos attentes.

N'oubliez pas non plus de précisez si vous préférez lire un blog peu actif et aux billets approfondis qu'un blog mis à jour régulièrement mais plus superficiel sur certains sujets. Bien entendu, cela ne m'empêchera pas de toujours donner mon avis et dire ce que j'ai à dire sur le sujets de mes billets : ce blog ne s'appelle pas LiberT pour rien ! Amis lecteurs, à vos commentaires siouplet ! ;)

19 juillet 2007

La mort du Web est amorcée...

Mouche morte

Le 15 Janvier 2009, Paris

Cela fait désormais plusieurs mois que nous tentons d'oublier définitivement le mot "Web" qui nous a porté pendant tant d'années à travers des expériences tout aussi variées qu'enrichissantes, voire même chiantes. Nous sommes en 2009, le Web a fini sa descente aux enfers et notre ciel s'est obscurci depuis sa disparition. Personne ou presque ne l'a regretté à part quelques scientifiques ou quelques illuminés chevelus et irresponsables qui nous vendent aujourd'hui leurs prophéties sur une ère qu'il qualifient déjà d'inculturelle.

Tout a commencé en l'an 2007. L'été commençait à poser difficilement ses marques et comme chaque année, la blogosphère a vu son rythme de publication diminuer. Quelques avant-gardistes attiraient déjà à l'époque l'attention sur ce phénomène qu'il considéraient comme tragique et ce chaque année depuis la naissance du cinquième pouvoir. Les geeks boutonneux ou blogueurs en manque de panégyriques pendant cette période d'absence de commentaires, leurs auteurs étant partis en vacances, ont à leur tour décidé, pour la première fois en 35 ans (source Mediametrie : moyenne d'age des blogueurs français en 2007), de découvrir ce qu'ils appelaient la Real Life.

Il fut difficile pour eux d'affronter le soleil, la seule lumière qu'il apercevaient jusqu'alors étant celle de leur écran, bien souvent allumé à la page de leur outil de mesure d'audience ou de gestion de leurs commentaires. Une fois les commentateurs revenus, ce fut donc les blogueurs qui furent partis découvrir les joies de l'herbe, du vent et des coups de soleil. Les blogs là encore restèrent muets. Puis, ce mouvement se généralisa à l'ensemble des services de l'auto-proclamé Web 2.0. Wikipédia fut rapidement atteint d'une paralysie quasi-générale.

Les VCs spécialisés dans le business du Web furent bientôt victime d'une surabondance de leurs cartes de visites, commandées jusqu'à présent mensuellement par milliers. Mêmes les quelques blogueurs réfractaires n'arrivaient pas à revendre leurs cartes dernier cri sur lesquelles il y avait écrit en gros leur numéro de compte bancaire, surplombé de la mention "Blogueur Influent". L'économie de l'Internet vint à d'effondrer. La publicité sur les blogs ne rapporta plus que quelques dizaines d'euros mensuels à Eric Dupin[1] qui a fait faillite en ayant côté en bourse son site peu avant l'effondrement du marché.

Les Digg-like, sont morts, les canaux IRC se sont vus désertés, le mail est une chose dont on ignore aujourd'hui l'existence. La VoIP s'est vue concurrencée par le nouveau TGV : un allez-retour à l'autre bout de la France coûte désormais moins cher qu'un abonnement Internet. Les supports de stockage des données ont été retirés petit à petit du réseau, leur coût d'entretien devenant cinq fois supérieur à celui des revenus qu'ils rapportaient alors. Petit à petit, les données disparurent jusqu'à ce que la toile s'effondre d'elle même.

Vous qui êtes du passé, vous vous demandez surement ce que peuvent désormais faire le gens pour occuper leur temps libre et satisfaire leur égo sur-dimensionné : c'est simple, ils se font des amis, sortent, s'amusent, jardinent, découvrent la vraie vie. Je vous affirme désormais que les visionnaires qui s'inquiètent du devenir de la blogosphère à votre époque ont non seulement raison, mais sont encore loin du compte. Pour moi, le Web est mort, pour vous, il est en fin de vie : la reconversion est amorcée, il est déjà trop tard.

Notes

[1] Un lien par jour j'ai dit ! Je m'y tiendrai !

Devenir riche grâce à son blog, utopie ou réalité ?

C'est un article assez intéressant qui a été publié sur le blog Simple Entrepreneur dévoilant les revenus de quelques blogueurs connus en relation avec leurs statistiques. Sans tabou aucun, certains se sont pliés au jeu en révélant tout, d'autres, et on les comprend, on préféré rester à l'abri des regards critiques, acides et jaloux de leurs lecteur-détracteurs. Se pose alors la question suivante : peut-on vivre, ou même mieux, faire fortune avec un blog ? Le réponse est assez mitigée.

flyingmoney.jpg

Certains, comme Eric (et oui, encore lui, je vais le linker une fois par jour maintenant pour qu'il me reverse un pourcentage de ses revenus :p ) gagnent plutôt bien leur croûte avec leur blogs, avec par exemple dans son cas, plus de 2500€ le mois dernier. On est loin du SMIC, mais pour quelqu'un qui y passe autant de temps, c'est à mon avis justifié. Son blog est assez bien monétisé grâce à des emplacements publicitaires judicieusement placés, des posts publirédactionnels assez fréquents et un lectorat relativement ciblé malgré une charte éditoriale assez éclectique. Il jouit entre autre d'un trafic énorme qui permet d'attirer les convoitises des marques et régies publicitaires.

A l'inverse, Philippe ne bénéficie que de faibles revenus comparativement à la quantité d'articles blogués. Il peine à atteindre les 500€, et ce à cause d'un lectorat concentré sur son flux RSS. Sa charte rédactionnelle n'est pas propice aux tests matériels et donc aux publirédactionnels, le temps de lecture de ses billets est très court et la fréquence de publication assez importante, d'où une lecture rapide, assimilable à un survol qui n'incite donc pas au clic. La publicité ne se démarque peut-être pas non plus assez du contenu pour attirer l'oeil du visiteur. Résultat, un blog à trafic un négligeable ayant un potentiel de monétisation réel n'est que peu exploité.

Par soucis de transparence, je vais vous livrer le chiffre d'affaire extravagant de mon blog qui, comme tout le monde le sait, est un des plus influents de la blogotruc française. Si vous êtes un fidèle lecteur, vous vous souviendrez surement que je l'avais introduite en janvier dernier dans le but de pouvoir payer l'hébergement de mes conneries qui coûtent cher en bande passante. En six mois de temps, avec une moyenne de 7000 visiteurs uniques par mois (contre 100 y a encore un an, je suis tout content moi ;) ), j'ai amassé environ 100€ dont 20 générés par la boutique Zlio. C'est relativement peu, la faute à un positionnement publicitaire là aussi mal géré, cette mise en page n'ayant pas été conçue pour ça à l'époque.

Il existe une rumeur selon laquelle Loic le Meur aurait un contrat de 6000 euros mensuels avec Publicis, preuve qu'il est possible, sous certaines conditions de gagner son beurre avec son blog. Le problème est à mon avis qu'il faut, pour avoir un réel coup de pouce à la fois en ce qui concerne l'audience et la monétisation du blog en question par des gens qui sont dans la place comme on dit. Pour cela, une localisation parisienne aide beaucoup en accélérant le processus progressif de notoriété. Cela n'enlève rien au talent j'en conviens, mais ceux qui sont les mieux payés ne sont pas forcément les plus talentueux, ce qui est parfois dommage.

Vivre de son blog, oui, mais après avoir conquis son public, après avoir un modèle économique qui tient la route et une sortie de secours, car n'oublions pas que sur internet, l'information reste éphémère. A bon entendeur... ;)

11 avril 2007

En Vrac : Blu-Ray, HD-DVD, Debian et newseries...

Veuillez m'excuser pour la surabondance de billets en vrac en ce moment, mais l'actualité ne suit pas le même rythme que mon temps libre. Le principal problème, pour un blogueru est de trouver de la matière pour écrire. Cette même matière composée principalement d'informations provenant des quatre coins du monde est, tel que l'exigent les lois de Murphy, abondante lorsque le temps manque et quasiment inexistante lorsque nous avons du temps libre à profusion. Reste, dans les temps de calme plat, l'inspiration et l'imagination du rédacteur pour alimenter son blog. D'où l'importance d'avoir un esprit déluré comme le mien dans ces moments tragiques. Quoi qu'aujourd'hui, on se contentera de propos presque rationnels... ;)

  • Blu-Ray et HD-DVD sous Linux ? Peut-être pas si improbable que ça. On sait que les constructeurs et éditeurs de logiciels ont beaucoup de mal à suivre la demande concernant ces deux technologies actuellement en compétition. On ne sait encore pas laquelle arrivera au vainqueur au terme de cette guerre technologique, mais on commence à percevoir quelques solutions techniques qui permettront de supporter ces formats de données sur une plateforme libre. PC Inpact nous en apprend un peu plus dans son article.
  • Toujours à propos de Linux, si vous suivez actuellement les nouvelles du logiciel libre, vous n'avez pas pu passer à travers : Debian, l'une des distribution les plus populaires, notamment démarquée par sa stabilité vient de passer en version 4.0 après deux ans de développement. Debian GNU/Linux a désormais troqué son ancien nom de code "Sarge" pour "Etch". Parmi les dernières nouveautés, on peut noter une mise à jour des environnements de bureau, KDE passant en 3.5.5a et Gnome passant en 2.14. Firefox et Thunderbird, logiciels libres édités par la firme Mozilla ont également changé de noms pour Iceweasel et Icedove, les marques déposées entrainant un éternel conflit avec la licence de cette distribution. Lire le communiqué de presse Debian.
  • Un peu à la bourre, et cette fois-ci dans le domaine de la technologie propriétaire : Apple a vendu son 100 Millionième iPod après 5 ans de bons et loyaux services. Cet objet de convoitises m'intéresse toujours, mais le prix à dépenser pour acheter un iPod vidéo qui ne servira qu'à contenir ma musique me refroidit. Bien entendu, c'est le prix à payer pour avoir un accessoire de qualité, mais j'ai d'autres projets d'achats bien plus utiles voire nécessaires pour le moment qui vont faire languir la marque à la pomme d'argent de mes billets verts. ;)
  • Blog professionnel : sept erreurs à ne pas commettre. Un blog est vraiment un vecteur de communication intéressant pour une marque ou une entreprise, à condition seulement de savoir bien manier le média et de s'en servir à bon escient. Dans le cas contraire, ce qui aurait pu contribuer à votre popularité peut vous mener à votre perte. Pointblog recense sept erreurs de base qu'il ne faut pas commettre auxquelles glanées sur Small Business Hub. J'en rajouterai bien d'autres, mais cela serait l'objet d'un billet entier, je remettrai donc cela à plus tard si vous le voulez bien...
  • A Call for Manners in the World of Nasty Blogs : Tim O'Reilly veut relancer ce que l'on appelle en France la nétiquette et veut la durcir dans le but de purger les blogs. Selon lui, il n'est pas encore trop tard pour redresser le monde abrupt, maladroit et malpoli des blogs et de leurs commentaires. Je ne crois pas, pour ma part, qu'il sera possible d'inverser la tendance qui est si bien ancrée dans le Web, domaine de la liberté d'expression, parfois même trop libre. Enfin, O'Reilly, le même qui a lâché pour la première fois l'expression "Web 2.0" semble être un investigateur de tendances, peut-être pourra-t-il encore faire des miracles dans ce domaine.

Bon, promis, je vais essayer d'arrêter les billets en vrac pour développer un peu plus mes idées. De toute façon, les vacances arrivent alors j'aurai normalement le temps de bloguer un peu plus... enfin, si l'information est au rendez-vous... ;)

- page 2 de 4 -