Deeder.fr

Tribulations d'un geek...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - ergonomie

Fil des billets - Fil des commentaires

31 août 2008

Ubiquity : la révolution ergonomique est en marche...

Qui n'est pas, de nos jours, familier avec le navigateur Web, qu'il s'agisse de Internet Explorer, de Safari, de Firefox ou même d'Opéra ? La majorité des internautes ont réussi à prendre en main cet outil à l'usage quotidien mais à l'ergonomie si préhistorique. En effet, mis à part quelques évolutions que sont la recherche intégrée, la navigation par onglets ou encore l'intégration d'add-ons bien utiles aux yeux de quelques utilisateurs avancés, l'ergonomie de nos navigateurs a très peu évolué au cours des années. Mozilla lance un pavé dans la marre avec une nouvelle expérimentation dénommée Ubiquity aux allures révolutionnaires.

Ubiquity Logo

Regardez votre navigateur. Observez-le bien. A quoi ce dernier peut-il bien servir ? Il sert simplement à passer d'une page à une autre, à aller de lien en lien et afficher le contenu du dernier lien sur lequel vous aurez cliqué. Il sert aussi d'interface pour les internautes au profil actif qui souhaitent publier du contenu en permettant le remplissage de quelques formulaires dispersés au hasard de quelques unes de ces pages que vous visitez.

Le but d'Ubiquity est de permettre aux internautes de se rapproprier le Web en se libérant de l'asservissement du clic et en associant le contenu à une expérience utilisateur novatrice basée sur une simple observation : de nos jours, l'internaute ne fait plus que rechercher du contenu via son navigateur. Si la commande "rechercher" régnait en maître sur les comportements des internautes d'hier, aujourd'hui ils traduisent, twittent, publient, localisent, organisent leur agenda, se donnent rendez-vous, et que sais-je encore. Or, pour ce faire, il faut passer par d'interminables phases de clics, de (re)chargement de pages, de remplissage de formulaires, bref, une expérience à la fois rébarbative, lassante et longue.

Permettre ainsi à l'utilisateur de reprendre la main sur le Web en effectuant facilement chacune de ces tâches devient une nécessité. Or le navigateur n'offre actuellement que les deux types de navigation décris précédemment qui ne peuvent satisfaire ce nouveau besoin de polyvalence du navigateur. Dans ce cas, le plus naturel chez l'informaticien est de se tourner vers le mode le plus ergonomique qu'il lui ait été donné de rencontrer : la ligne de commande, cette dernière permettant d'effectuer simplement et rapidement des tâches parfois complexes. C'est ce qu'Ubiquity permet : utiliser des commandes simples afin de réaliser des tâches plus complexes.

Malheureusement, s'il est naturel d'utiliser la ligne de commande pour le geek, en sera-t-il de même pour l'utilisateur lambda ? Je ne suis pas convaincu que cette approche est la meilleure pour cibler le grand public. Heureusement, Mozilla y a pensé et a implémenté sa solution au clic droit de la souris. Malheureusement insuffisant à mon goût car trop réducteur face aux possibilités offertes par la ligne de commande. A mon avis, pour que ce nouveau mode de navigation soit vraiment efficace et à la portée de tous, il va falloir l'implémenter différemment.

Comment implémenter cette solution pour qu'elle garde sa puissance, sa flexibilité et qu'elle gagne en accessibilité et en popularité auprès du grand public ? La question reste ouverte et la réponse ne se trouve à mon avis dans aucun modèle existant. Il va falloir innover encore, et ça, Mozilla sait très bien le faire. Le rapport entre le contenu et l'utilisateur vient d'être modifié comme jamais auparavant grâce à Ubiquity dont le concept novateur est à mon avis à pousser dans ses retranchements pour tirer le maximum de son immense potentiel.

Pour ma part, je l'ai déjà adopté et je crois que je vais suivre ce projet de très près. Qu'en pensez-vous ? Conquis ou pas Ubiquity ? Concept novateur ou projet voué à l'échec ? J'aimerais beaucoup avoir vos ressentis sur le sujet, alors, à vos claviers !

13 janvier 2008

[Ergonomie & Navigation] La farandole des menus...

Mesdames et messieurs les graphistes, développeurs, intégrateurs ou que sais-je encore, approchez, approchez ! Aujourd'hui nous avons de très beaux menus à vous présenter et, en cette période de solde, nous vous faisons cadeau d'une remise de -20% pour tout achat de menu déroulant, d'onglets ou même de menu latéral... Profitez-en, vous ne verrez pas ça tous les jours !

Dans la grande foire de la navigation, il y a un élément des plus primordial : les menus. Il y en a de toutes les formes, toutes les couleurs, bref il y a de la matière d'oeuvre pour les créatifs. Néanmoins, il ne faut pas oublier qu'un menu est un outil de navigation qui compte à lui seul pour une grande partie de l'ergonomie d'un site. Faisons ensemble un petit tour d'horizon des menus les plus fréquemment rencontrés pour en saisir les avantages et inconvénients.

Les menus verticaux

La première forme de menu la plus fréquente est le menu vertical positionné sur le côté du contenu. Il se décline en plusieurs formes : à gauche ou à droite, une colonne ou plusieurs, encadrant le contenu, etc. Chaque forme correspond à un usage particulier : en effet, le menu à gauche sera accessible au premier clic, mais s'effacera rapidement devant le contenu, tandis que le menu à droite prolongera le contenu (puisque nous lisons de gauche à droite) et sera plus visible aux yeux du visiteur qui y reviendra en fin de lecture si quelque chose s'y trouvant l'a attiré (couleurs vives, logo, titre particulier,...). La multiplicité des colonnes permettra de séparer le menu en plusieurs blocs indépendants de manière à diminuer la hauteur du menu, favorisant ainsi l'organisation de la navigation et évitant d'avoir à faire défiler trois mètres de texte pour accéder à un lien qui nous intéressait (ce qui est particulièrement vrai pour certains blogs qui ont des menus interminables à cause des nombreux widgets rajoutés. La position de ces colonnes (côté à côte ou de chaque côté du contenu) permet de compartimenter la navigation ou au contraire de lui donner une unité en fonction de la relation entre les différents éléments du menu.

  • Les plus : Accessible pendant la lecture du contenu.
  • Les moins : Peu d'originalité, une largeur réduite en inhérente à la faible résolution du visiteur peut entraîner une longueur excessive du menu s'il est mal pensé.

Les menus horizontaux

Disposés généralement en haut de la page, avant ou après le header, ces menus sont les plus visibles car ils sont situés avant même le contenu. Si le visiteur cherche un lien, il sait qu'il n'a qu'à remonter en haut de la page pour le trouver, il n'a pas à le chercher. Ce menu peut être de type classique ou alors déroulant (nous y reviendrons plus tard) de manière à contrebalancer le faible nombre d'éléments qu'ils peuvent contenir. Attention toutefois à ce type de navigation qui peut bousiller tout un gabarit sous de très faibles résolutions (périphériques mobiles, etc) étant donné qu'ils ne sont généralement pas prévus pour s'étaler sur deux lignes.

  • Les plus : Très visible et facilement accessible.
  • Les moins : Peu de place, se limite uniquement aux catégories principales.

Les footers-menus

Vous avez probablement déjà rencontré un blog sur lequel vous n'avez aperçu aucun lien de navigation avant d'arriver en bas de page où ce concentraient tous les liens sur plusieurs colonnes. Ce nouveau type de menu a commencé à se répandre en 2006 et son principal mérité est de centrer l'expérience du visiteur uniquement sur la lecture du contenu : celui-ci n'est pas tenté par un autre lien voisin du contenu pendant sa lecture et peut se réorienter rapidement une fois l'article lu. Malheureusement, la mise en valeur du contenu à un prix à payer puisqu'une personne non intéressée par le contenu va plus facilement fermer l'onglet du navigateur que visiter un autre lien qui aurait pu l'intéresser. Un autre inconvénient est de devoir descendre tout en bas de la page pour accéder à la navigation, surtout si la page est longue (page d'accueil d'un blog, grand billet et nombreux commentaires, etc. L'expérience est donc peu agréable pour le visiteur et limite le nombre de pages vues.

  • Les plus : Une mise en valeur indéniable du contenu.
  • Les moins : Difficultés liées à la mise en retrait du système de navigation.

Les menus déroulants

Qu'il s'agisse de menus verticaux ou horizontaux, ils peuvent être déroulants grâce à une surcouche de Javascript. Cela permet dans un premier temps d'avoir une information concise sur la catégorisation du site, puis ensuite de préciser son choix au passage de la souris. Attention toute fois aux problèmes inhérents à l'utilisation du Javascript : le menu doit être utilisable même dans le cas où le Js est désactivé. C'est à dire qu'il faut dans un tel cas soit afficher les sous catégories directement dans le menu originel grâce à une sous-liste (pour un menu vertical par exemple), soit rendre les catégories cliquables et donnant accès à une page sur laquelle l'on retrouve un menu complémentaire avec les sous-catégories. Cela implique donc le déploiement d'un dispositif annexe de navigation qui n'utilise pas le js, d'où l'apparition de contraintes de développement supplémentaires.

  • Les plus : Un menu concis au premier coup d'oeil, mais précis au passage de la souris.
  • Les moins : Une navigation non dynamique doit être disponible pour prévenir les cas où la navigation dynamique ne serait pas utilisable.

Synthèse

Il existe de nombreux moyens de navigations, certains sont listés ici, d'autres ne le sont pas et d'autres enfin restent à inventer. Chacun d'adapte à un type de contenu, à une mise en page particulière et chacun a aussi des inconvénients qu'il convient de minorer pour rendre l'expérience du visiteur à la fois agréable et simple. Pour se faire, il est possible de combiner plusieurs types de navigation de manière à obtenir une ergonomie satisfaisante en compensant les faiblesses de certains menus par l'ajout d'autres menus. Le but du jeu est ainsi de faire s'effacer la navigation face au contenu et d'inciter le visiteur à voguer de page en page et à ainsi rester le plus longtemps possible sur votre site. S'il reste longtemps, s'il se trouve intéressé par votre contenu et qu'il n'est pas dérouté par la navigation, il y a fort à parier qu'il reviendra et qu'il ne reviendra pas seul. Négliger l'ergonomie de la navigation d'un site est au final aussi voire plus grave que négliger son contenu.