Deeder.fr

Tribulations d'un geek...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - information

Fil des billets - Fil des commentaires

14 janvier 2010

Votez pour Coelio , le carrefour de l'information en ligne !

Coelio, voilà un nom qui vous semble inconnu. Pour ma part, je l’ai en tête depuis environ deux ans : c’est le nom d’un projet Web avorté par deux fois pour manque de main d’oeuvre bénévole ou de fonds. Pourtant, dans mon esprit, il concrétise l’outil idéal de consommation de l’information en ligne qui peut peut-être prendre vie grâce à vous !

Coelio

Je peux vous faire un pitch formel sur l’information en ligne, les difficultés liées à sa consommation, mais si vous suivez un peu ce blog, vous êtes déjà un minium au fait de ces problématiques[1]. Le fait est qu’actuellement, on consomme principalement l’information de 3 manières différentes :

  • Directement via les sites d’information ou les blogs;
  • Via les réseau sociaux (Facebook et autres Twitter);
  • Et via les sites plus "traditionnels" parmi lesquels je classerais Wikipédia, contenant une information qui est moins impactée par le temps qui passe (non effacée par une homepage changeante ou remplacée par une actualité plus fraiche);

Maintenant, si on regarde les modes de consommation de l’information on a alternativement :

  • Les marque-pages de votre navigateur qui ne procurent pas une grande rapidité de lecture (il faut changer de site à chaque fois), ni un grand confort (dépendant du thème graphique du site sur lequel vous vous trouvez)
  • Les lecteur de flux RSS[2] qui permettent de rassembler en un seul endroit toutes vos lectures, mais qui favorisent la redondance des informations (surtout si vous suivez différentes sources abordant la même thématique) et qui ne font pas forcément bon ménage avec les sites plus "traditionnels". Ils permettent peu l’archivage et le tri de l’information.
  • Les Digg-like qui permettent de partir à la découverte de nouveaux contenus sans pour autant permettre le suivi des sources que l’on vient de découvrir ni l’archivage des contenus.
  • Le vagabondage[3] qui nous laisse dériver de lien en lien et de site en site, avec un petit détour inopiné sur Google de temps à autre.

Mais aucune de ces solutions ne permet de naviguer clairement et efficacement entre toutes les sources, tous les types d’informations et d’avoir une expérience de navigation unique. C’est l’ambition de Coelio :

  • L’application se base sur la valeur sémantique de l’information publiée par les sources que vous surveillez de manière à trier automatiquement le contenu et à l’organiser par thématique, ainsi qu’à regrouper les sujets similaires entre eux : fini la redondance des informations et la désorganisation !
  • L’analyse statistique des contenus que vous consultés permet, à partir d’un nombre critique d’utilisateurs, de vous proposer du contenu frais en relation avec vos goûts et habitudes de consommation de l’information. Ne manquez plus jamais une information intéressante et/ou pertinente, même si vous ne suivez pas la source qui la publie.
  • La dimension sociale n’est pas en reste, avec des fonctionnalités de partage et d’interaction avec les plus grands réseaux sociaux : une info intéressante ? Partagez-là en un clic avec vos amis. Vous croisez une info ou un blog sympa sur Twitter, un twitt plus tard elle est automatiquement ajoutée à votre compte.
  • Retrouvez l’intégralité des informations pertinentes grâce à un système de classement et d’archivage des plus intéressants. Non seulement vous pouvez conserver un article, mais également toute la série d’articles relatifs à une même information et les retrouver en un coup d’oeil.

Bref, voici quelques unes des principales fonctionnalités de cette application. __Seulement, pour espérer mener à terme ce projet qui me tient à cœurs, j’ai besoin de moyens humains et financiers._ C’est pour ça que j’ai décidé de participer au concours organisé par FriendsClear dont le but est de faire émerger un projet pro et de lui faire gagner 10 000€. Une somme non négligeable qui permet de louer un serveur dédié, de mettre en place une structure légale et de commencer les premiers développements pour que ce projet prenne enfin vie !

Oui, je sais, le système de vote est contraignant car il nécessite une inscription préalable, mais cela ne vous prendra que quelques secondes et permettra peut-être de donner naissance à un nouveau service que je pense prometteur. Alors s’il vous plait, si vous pensez que ce projet n’est pas une si mauvaise idée, prenez 2 minutes pour voter pour Coelio. On a encore du chemin à parcourir pour rattraper la tête de liste !

Merci d’avance ! Et n’oubliez pas, j’ai besoin de vous ! ;-)

Notes

[1] Je peux vous suggérer quelques lectures sur ce blog, ici et .

[2] Parmi lesquels on peut citer Google Reader ou encore Netvibes par exemple.

[3] Valable également sur les réseaux sociaux.

13 avril 2009

Classification de l'information : doit-on ranger les torchons avec les serviettes ?

L’une des plus grandes problématiques du Web reste et restera toujours la méthodologie d’accès à l’information. Mouvante ou statique, périssable ou pérenne, concernant tel sujet ou tel autre, adressée à un public averti ou non, l’information comporte aujourd’hui plusieurs visages qui correspondent chacun à un besoin utilisateur différent. Le gros problème est donc de déterminer le besoin exprimé au travers d’une requête utilisateur et d’y répondre au mieux et, croyez moi, ce n’est pas si simple que ça en a l’air.

Tout d’abord, traçons une rapide rétrospective des méthodes de diffusion de l’information au fil de l’expansion du Web. Alors que les pages Web ne se comptaient alors que par dizaines, voire par centaines, l’annuaire de sites s’est imposé comme une méthode efficace. Mais la masse d’informations mises en ligne devint rapidement critique; il a alors fallu trouver une méthode plus simple à la fois d’agrégation mais également de distribution concernant ces pages : dans ce créneau, le moteur de recherche est devenu roi (demandez à Google si vous ne me croyez pas).

Ce mode d’agrégation est toujours sur son trône car il permet facilement de répondre à des questions simples et à répondre à la majorité des besoins primaires. Cependant, l’information mise en ligne a évolué, principalement avec l’apparition des blogs et ainsi que des média traditionnels qui ont rapidement compris que quelque chose se passait sur le net, média du passé (grâce à l’archivage) aussi bien que de l’instantané. Un nouveau type d’information, périssable cette fois, a fait son entrée sur la toile et a été archivée de la même manière que l’information classique, elle même impérissable (l’"impérissabilité" des données sur le Web étant toute relative et s’élevant à quelques années tout au plus).

On peut aisément comprendre que ce genre de classification commune à deux types d’informations bien différentes leur est préjudiciable ou du moins nie à leur accès qui n’en est rendu que plus délicat par l’amalgame créé de la présentation de résultats correspondant à une recherche précise. Quelques initiatives ont bien tenté (sans réel succès[1]) de mettre en valeur le contenu à dit "périssable" : je pense aux Digg-like ou encore Wikio, mais le contenu reste trop diffus et assez peu exhaustif ou représentatif du contenu du Web (car très segmentants). Les flux RSS ont eux même tenté de palier à cette carence, mais les agrégateurs actuels ont eux aussi leurs limites (duplication de contenu, organisation et filtrage limités de l’information, etc.)

Aucune des solutions offertes à ce jour n’est réellement concluante pour juger de la pertinence de l’information par rapport à un besoin, de sa fraicheur et de sa viralité, car n’oublions pas que le caractère viral d’une information est représentatif de son intérêt potentiel pour une personne effectuant une requête qui lui serait associée. Tout ceci me mène à conclure qu’il y a encore beaucoup de chemin à effectuer avant d’obtenir une solution viable et efficace dans ce domaine. Séparer les torchons et les serviettes est facile mais déterminer si l’on vous demande l’un ou l’autre lorsque l’on ne fait que vous décrire les motifs qu’il comporte est bien plus compliqué. Mais avec un peu de méthode et d’idées, je pense que l’on peut faire beaucoup mieux, et ce dès aujourd’hui. ;-)

A lire également sur ce sujet : Je viens de voir ton blog… Il a pris un sacré coup de vieux !

Notes

[1] La notion de succès est toute relative, mais je parle là d’une offre grand public que la masse aurait adoptée de manière unanime ou presque, à l’instar du moteur de recherche pour l’information plus "classique".

28 octobre 2008

Surinformation

Si l'on vit connecté, c'est d'abord pour vivre informé. Informé de quoi ? Des dernières dépêches concernant l'actualité internationale, des dernières innovations d'un secteur de niche, des derniers bilans concernant un de nos loisirs favoris, ou même des dernières activités ou découvertes de nos amis. Soit. Mais l'information quotidienne et plurielle ne mène-t-elle pas à la surinformation ?

Partez une semaine en vacances et revenez en découvrant votre boîte aux lettres électronique pleine à craquer, votre agrégateur inondé de tous ces flux non lus, de ces alertes ou ces demandes d'ajouts de nouveaux contacts sur chacun des nombreux réseaux où vous êtes inscrits. Il reste alors deux solutions qui s'offrent à vous : repartir de zéro d'un grand coup de balai, ou plutôt d'un simple clic sur le bouton "Tout Supprimer" où prendre un temps certain pour tout décortiquer et rattraper peu à peu votre retard.

La première solution ne semble pas envisageable, de peur de passer à côté d'une information importante ou encore de louper un de ces mails qui nécessitent une réponse urgente. Ainsi, on se retrouve entrain d'égrainer une information qui dans sa majeure partie n'a plus rien d'intéressant car débarrassée de son instantanéité. Cependant, nous ressentons l'obligation de le faire à un point tel que nous devenons en quelque sorte esclave de cette ubiquité de l'information.

La cause de ce malaise est ce que j'appelle ici "surinformation". Etre connecté en n'importe quel lieu, à n'importe quelle heure, peu importe la manière ("No matter where, no matter when, no matter how...") peut s'apparenter à un avantage, mais aussi à de l'esclavage. Il faut savoir mesurer sa dose d'information et ne pas avoir peur de casser de temps à autre la routine sans pour autant se demander toutes les 5 minutes, tel un camé qui aurait oublié de prendre sa dose, à côté de quoi on peut bien être passé au cours des 10 dernières secondes. Le monde ne nous attend finalement pas pour tourner.