Deeder.fr

Tribulations d'un geek...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - internet

Fil des billets - Fil des commentaires

22 juin 2008

Etre branché a un coût...

Non, rassurez-vous, je ne vais pas vous parler de mode, mais tout simplement du coût de la vie dans la société moderne et hyper-connectée qui est la notre. Qui, de nos jours, n'est pas joignable par téléphone portable où qu'il se trouve : chez lui, au bureau ou encore au volant du tracteur, entouré de champs de maïs, d'escourgeon et de blé. Qui de nos jours ne possède pas d'adresse email ? Nous vivons dans une société où chacun est relié d'un manière ou d'une autre au reste du monde, à n'importe quel instant. Bien entendu, ceci à un coût qui ne va pas en s'amenuisant avec l'arrivée de nouvelles offres et services.

D'après un article du Monde Informatique, le budget mensuel pour les TIC (Technologies de l'Information et de la Communication), à savoir la téléphonie mobile, la connectivité internet, etc, s'élèverait à 113€ TTC par mois. La moitié de ce budget est alloué à la téléphonie mobile dont le prix des offres croissent peu à peu sans pour autant proposer un meilleur service (tout au plus quelques options dont personne ne se sert telle la télévision mobile ou encore l'accès gratuit au portail de l'opérateur).

Pendant ce temps, les offres DATA permettant de se connecter à l'internet via son mobile, qui deviennent de plus en plus nécessaires à voir l'évolution des périphériques mobiles sur le marché, alors de plus en plus orienté Web et multimédia, se font attendre. Elles arrivent tout doucement, mais avec des prix encore relativement élevés. Elles sont surtout encore loin de devenir un automatisme puisqu'elles sont majoritairement réservées aux gros forfaits, et donc à une certaine catégorie d'utilisateurs qui doivent certainement dépasser de loin cette moyenne de 113€ par mois pour leurs dépenses en TIC.

Comparativement, le coût des forfaits basiques, sans option, pour une simple heure de communication ne fait, lui, qu'augmenter de quelques euros, sans offrir plus que ce qu'ils n'offraient il y a quelques années. Quant à l'offre d'accès Internet, les débits stagnent, les services n'évoluent plus, au même titre que les prix. Où est l'innovation ? Où est l'évolution ? Je ne puis m'expliquer cette stagnation de l'offre à une heure où la grande majorité des français sont connectés. Les FAI comme les opérateurs ont jusqu'à présent réussi à nous imposer de nouveaux besoins qui étaient inexistants il y a quelques années et semblent désormais s'en contenter au lieu de chercher à innover et à satisfaire le client en lui offrant d'avantage de services, ou encore à baisser ses prix pour attirer une nouvelle clientelle qui ne peut se permettre de dépenser un dixième de ses revenus dans un service qui n'a rien de nécessaire.

Et entre nous, je trouve cette politique bien dommage puisque nous pourrions tenter de conforter notre position internationale dans un secteur d'activité où la France n'est jusqu'à présent pas en reste, et nous pourrions ainsi faire valoir une expertise ainsi qu'une certaine avancée technologique aux yeux des autres pays développés d'Europe et d'ailleurs, de manière à booster notre économie en se faisant une place et un nom sur la scène internationale.

11 février 2008

Que deviendront les médias en 2028 ? 2/2

Ce billet est la seconde partie d'une série de deux. Vous pouvez retrouver le premier épisode par ici.

Presse

Suite et fin du questionnaire en deux parties entamé hier à propos de l'évolution des médias dans les vingt prochaines années, voire peut-être un peu plus. Après s'être questionné sur l'avenir de la presse et de la télévision, abordons aujourd'hui les domaines du cinéma et de l'internet pour voir quelle révolution (si révolution il y a), peut réellement les animer et peut façonner leur futur. L'exercice n'est pas vraiment facile : pouvions nous prévoir il y a quinze ans de cela, alors que le Web était encore jeune, l'importance qu'il allait prendre ? Prévoir son avenir aujourd'hui est un exercice toujours aussi délicat, mais qu'importe, je vais de ce pas m'y risquer. Vous me suivez ? :-)

Lire la suite...

21 juillet 2007

France Télécom et son incomparable inertie... (suite et fin)

Je ne sais et je saurai jamais quelle influence mon billet aura eu dans cette affaire, peut-être aucune, mais toujours est-il qu'il y a une heure à peine, un technicien de France Télécom passait chez moi, plus tôt que prévu puisque son passage ne devait pas s'effectuer avant mardi prochain. Vérifiant à nouveau la ligne pour constater que le problème venait bien de chez nous, il fallut ensuite vérifier toute l'installation, routine dont j'ai l'habitude de m'empresser de m'occuper à chaque panne au niveau de la ligne téléphonique ou de la connexion internet.

Il s'est avéré qu'un court-circuit permettait le renvoit du courant sur la ligne. Ca alors ? Le premier réflèxe du technicien fut alors de regarder à mon super modem qui, une fois débranché, réglait le problème. Aïe, c'est que c'est pas donné ces bêtes là. Puis vint l'idée lumineuse d'essayer d'omettre le parasurtenseur qui permet de protéger ma ligne et dont le disjoncteur n'avait pas bougé d'un poil lors de l'orage de la veille, me faisant ainsi conclure, certes assez rapidement, l'absence de problème de ce côté. Bingo, c'était ça !

Toujours est-il que finalement, France Télécom a envoyé un technicien relativement rapidement, technicien qui fût efficace et rapide. Malgré tout, il nous faudra payer le déplacement, soit 54€. Reste finalement à voir avec les assurances pour négocier un remboursement au moins partiel de cette somme si la franchise ne lui est pas supérieure. Sur ce coup, chapeau : ce qui devait être une véritable galère s'est finalement réglé plus vite que prévu : France Télécom n'est peut-être pas si inerte que ça... dans certains cas[1]. ;)

Notes

[1] Oui, j'aime faire preuve de mauvaise foi... ;)

17 juin 2007

[Vidéo] Quand l'Internet fait des bulles...

On reprend les bonnes vieilles habitudes avec le retour de la vidéo du dimanche. Aujourd'hui, cet épisode sera plus sérieux qu'à l'accoutumé puisqu'il s'agit d'un documentaire très intéressant de Benjamin Rassat sur ce que l'on appelle la Bulle de l'Internet et dont on entend beaucoup parler ces temps-ci de la bouche de prophètes qui annoncent son retour 2.0. Une bulle c'est quoi ? Pour résumer, c'est l'inflation injustifiée et extrêmement rapide de la valeur de startups, à l'origine d'un crack boursier mémorable et de l'éfondrement du marché pendant plusieurs années.

Dans ce documentaire, les plus grandes figures de l'Internet français d'hier et d'aujourd'hui racontent ce qu'ils ont vécu et comment ils l'ont vécu. Cette bulle à la dimension mondiale a particulièrement affecté la France qui avait bâti très rapidement tout un pan de son économie dans le création de services en ligne. Oui, la France a déjà été un modèle à l'échelle européenne et mondiale dans le domaine de la Netéconomie et n'a pas toujours été aussi froide qu'actuellement face à ce type de business. Réaction vestige de la première Bulle ?

Ce documentaire, bien qu'un peu long (2 fois 50 minutes, les deux parties s'enchaînent dans la playlist du player ci-dessous), en vaut la peine. De la formation d'une économie nouvelle à son explosion, tout y est décrit. Tous les détails et toutes les explications y sont regroupées et vous permettent de juger si oui ou non nous sommes actuellement dans la seconde version d'une gigantesque bulle. Mais qui peut réellement prévoir ce que l'avenir nous réservera ? L'avenir économique reste entre nos mains, mais reste-t-il encore à tirer des leçons du passé...

30 décembre 2006

What kind of angel are you ?

Traduction française de ce titre pour mes chers lecteurs anglophobes, s'ils ne se sont pas tous enfuis en courant en le voyant : Quel type d'ange êtes-vous ? Non je ne vais pas vous parler d'une nouvelle chaîne ou d'un nouveau test comme il en circule de nombreux en cette fin d'année, mais d'un nouveau service : SparkAngels qui va révolutionner le dépannage à distance.

Lancer SparkAngels et se faire assister a distance

Dépanner un ami par téléphone parce qu'il n'arrive pas à régler tel logiciel ou à en installer un autre ou au contraire appeler à l'aide le beauf-qui-s'y-connait parce qu'on a peur de faire une bêtise ou qu'on ne retrouve plus comment faire pour lancer ce truc là, comment ça s'appelle ?... Qui ne s'est jamais retrouvé dans l'une ou l'autre de ces situations ? Il va de soit que le dépannage par téléphone n'est pas idéal dans une telle situation. Et bien pensez 2.0 et raccrochez !

Maintenant il y a bien mieux que le téléphone. Tout ce qu'on vous demande, c'est d'avoir une connexion internet et... rien d'autre. SparkAngels est un logiciel de partage d'écran qui utilise Java Web Start. Il suffit de lancer le logiciel pour y trouver deux modes distincts : Accompagnateur et Accompagné(e). Ces modes vous permettrons réciproquement d'aider quelqu'un ou de vous aider par un ami ou un proche.

L'accompagné fourni un code d'accès à l'accompagnateur qui pourra se connecter à l'ordinateur distant et visionner le bureau. C'est alors que s'offrent deux choix à la personne accompagnée. Le mode pédagogique permet à l'accompagnateur de dicter à l'autre tout ce qu'il doit faire, en précisant chaque clic, chaque étape. Le mode assistance permet lui de prendre le contrôle de la machine par le clavier et la souris.

Le tout est assaisonné de plusieurs outils de communication, à savoir un chat en mode texte qui permet d'échanger des messages et des fichiers, et un mode audio pour converser et expliquer à son interlocuteur la démarche à suivre en plus des images. Le tout dans un environnement très agréable et facile à prendre en main. Quelques outils supplémentaires sont disponibles tels que la surveillance des débits, de l'IP, ainsi que quelques options de configuration.

Au niveau de la sécurité, l'utilisation de Java Web Start permet de ne rien installer côté client et de rester totalement indépendant de l'OS, la principale force de ce logiciel. Lle certificat validé est une garantie supplémentaire de leur bonne volonté sur ce sujet sensible. Aucun port n'est ouvert et tout se passe avec le consentement de l'accompagné qui a la possibilité d'arrêter l'opération à tout moment. Vous restez maître de la situation quoi qu'il se passe.

Personnellement j'adopte ce concept novateur qui manquait à l'appel depuis bien longtemps. Bien qu'il s'agisse d'une beta le tout ets relativement stable et permet pas mal d'ouverture jusqu'alors inexploitées. J'offre mes services à mes quelques lecteurs. Si vous êtes intéressés, faites-le moi savoir par mail. ;)

page 2 de 2 -